L'apport considérable de la vision transfrontalière permet d'analyser les problématiques dans un spectre plus large et d'avoir un champ de solutions possibles plus pertinent en termes de zone d'approvisionnement et de chalandise. La possibilité de dépasser la frontière peut permettre à une entreprise de trouver des partenaires qu'elle n'aurait pas trouvés dans sa région, la vision du territoire est donc modifiée.

Au départ d"un ancrage territorial fort, basé sur une stratégie de développement en circuit court, certaines entreprises et producteurs de la zone poursuivront leur croissance en développant des stratégies à l'international. Les partenariats noués dans le cadre de leur développement en circuit court sur la zone transfrontalière leur permettront de mesurer leur volonté et leur capacité à développer leur croissance sur des marchés plus lointains après « des premiers pas » hors frontière.

La filière d'un matériau, si elle ne se trouve pas toute entière sur la zone d'un versant, pourra se trouver sur la zone élargie de façon à ne pas recourir aux importations massives.

Cet aspect transfrontalier permet également pour les petites entreprises accompagnées d'approcher de nouveaux marchés vers lesquels, seules, elles ne se seraient pas tournées. La filière écoconstruction n'est pas au même stade de développement sur chaque versant. Par exemple, il existe des législations nationales différentes d'un pays à l'autre, ou des approches de la construction différentes d'un versant à l'autre.

Enfin, travailler en transfrontalier va permettre d'augmenter les compétences des professionnels de chaque versant. Par exemple, pour le matériau chanvre, la France est le leader sur le marché des semences de chanvre et le premier cultivateur de chanvre en Europe tandis qu'en Belgique la filière est plutôt jeune et en plein essor, du côté flamand de nombreuses initiatives ont vu le jour pour la sensibilisation à ce matériau, la Wallonie pourra donc bénéficier de l'expérience française et flamande à cet égard . Pour le matériau bois, la France pourra profiter de la haute qualité des savoir-faire wallons et flamands notamment pour la transformation.

De cette façon c'est toute la zone qui est enrichie et l'ancrage territorial qui est élargi. Les entreprises travailleront ensemble pour promouvoir le savoir-faire de la zone et iront voir des pratiques exemplaires en dehors de la zone pour amener ainsi les pratiques innovantes découvertes sur place.